Sélectionner une page

Plastic

Projet 2022, création en cours

Création 2022

Plastic formera avec Scalpel, créé en 2021, un diptyque sur les dérives de la chirurgie esthétique.
Synopsis :
Pablo, comédien s’est pas mal laissé aller, et pense à la chirurgie plastique, qui lui semble être la solution aux effets du vieillissement dans un métier où le corps est fortement exposé aux regards. Il se tourne tout naturellement vers un cabinet de chirurgie esthétique pour envisager quelques améliorations qui sûrement lui ouvriront les portes de la célébrité et lanceront sa carrière en accédant enfin aux rôles auxquels il n’a jamais eu droit.

Le chirurgien n’hésitera pas à profiter de cette situation en lui proposant une panoplie d’opérations qui lui permettront de devenir le jeune premier qu’il n’a jamais été. Évidemment, le comédien se laissera conseiller et orienter, mais jusqu’où ira-t-on ? Quand tout ceci pourra-t-il s’arrêter ?…

 

RECHERCHE DE COPRODUCTEURS EN COURS …

D’une façon caustique et humoristique, il s’agira pour nous d’aborder les injonctions à la conformité, véritables diktats imposés par une abondance d’images de corps magnifiés/retouchés/ultra-performants devenus un modèle et une norme à atteindre.
Ce spectacle s’adresse à un public à partir de 13 ans. Il nous semble très important, avec les adolescents et pré-adolescents, de mettre en questionnement ces injonctions à la conformité.
Vous aurez sans doute entendu parler de ces applications pour Smartphone, où à partir d’une simple photographie de soi nous pouvons effectuer toutes les transformations nécessaires pour atteindre la « perfection » de notre image. Ceci, pourrait être un simple amusement. La question est posée lorsque ces images retouchées deviennent des marqueurs identitaires dans d’autres applications, notamment sur les réseaux sociaux. Comment se regarder dans le miroir alors, sans le sentiment de défaite ? Et quel reflet nous est renvoyé lors d’une vraie rencontre avec l’autre ? C’est quelque chose qui nous concerne tous, mais particulièrement les adolescents, qui naturellement sont à la recherche de leur identité. Or, à cet âge, alors qu’il n’y a encore souvent eu aucun temps d’acceptation de soi, on serait déjà dans la recherche de se rêver autrement.

Jusqu’où serons-nous capables d’aller pour avoir la sensation « d’être bien dans sa peau », de correspondre à la norme esthétique ou répondre aux attentes sociales et professionnelles ?

En effet, notre société normative et hygiéniste met en avant un idéal de beauté qui fait vaciller notre confiance et l’acceptation de ce que nous sommes en nous focalisant sur l’apparence physique. Ce diktat de l’image, uniformise et dénature l’idée d’une diversité des individus, de la richesse et de la beauté des différences inhérentes à chaque être humain : il n’est qu’à voir les clones dans la pop coréenne (K-Pop), les visages d’actrices se ressemblant tous, passé un certain âge, les transformations subies/voulues par certaines célébrités… ou encore, comme énoncé plus haut, l’émergence d’applications sur téléphones mobiles qui « améliorent » (altèrent ?) l’image de soi avant diffusion sur les réseaux sociaux…

L’univers du chirurgien se mélange ici à celui du marionnettiste qui peut tenter sur sa marionnette toutes les transformations possibles dans une vision « rétro-futuriste » et offrir un décalage burlesque de la situation : expériences marionnettico-chirurgicales, erreurs de greffes et manipulations hasardeuses, pour nous raconter les travers d’une tendance dangereuse et additive qui pourrait nous éloigner de l’essentiel et de nous-mêmes.

Nous envisageons PLASTIC comme un hybride improbable entre l’univers de David Cronenberg et celui de Terry Gilliam dans son célèbre « Brazil ».
Pour mener à bien cette création, nous avons proposé à Javier García Teba (auteur de « La Mano ») d’écrire librement, une fois les bases posées, sur le sujet et laisser se déployer sa fantaisie. L’écriture est actuellement en cours… »

Martial Anton et Daniel Calvo Funes